Au MALI

Contexte sanitaire

Au Mali, dans la vaste zone inondable du delta intérieur du fleuve Niger vivent un million de cultivateurs et de nomades pêcheurs ou éleveurs en proie aux maladies infectieuses et parasitaires.

La dispersion des dispensaires et leurs faibles moyens, les difficultés de déplacement en l’absence de pistes praticables en période de crue, le coût des médicaments eu égard aux maigres ressources des populations, sont autant d’obstacles à se faire soigner.

Objectifs, localisation, et bénéficiaires :

C’est pourquoi Médecins du Fleuve à proposé son aide aux autorités de santé afin de renforcer le système sanitaire en mettant en œuvre une antenne médicale mobile utilisant la voie de circulation naturelle que représente le fleuve pour aller au-devant des populations enclavées, afin de pallier ainsi les difficultés de déplacement des malades vers les trop rares structures de soins.

Cette collaboration est concrétisée par la signature d’une convention de coopération avec le gouvernement malien.
Après une phase de reconnaissance et d’évaluation des besoins, des sites prioritaires totalement dépourvus de médecins ont été ciblés entre Mopti et Tombouctou et ont été adaptés au fil de l’expérience acquise.
Par des missions régulières de soins, et de formation médicale continue des agents de santé, MDF soutient les dispensaires existants et s’appuie sur eux pour relayer son action. L’éducation sanitaire et les soins d’urgence sont dispensés sur le trajet dans les zones complètement isolées et les campements nomades.

L’équipe de médecins et paramédicaux bénévoles se déplace en pirogue motorisée, et achemine les médicaments essentiels utiles à sa mission. Pour renforcer le maillage sanitaire et la permanence de l’offre de soins dans des zones particulièrement difficiles d’accès autour du lac Débo, MDF a entrepris l’implantation de postes de santé avancés et de les doter de moyens d’évacuation sanitaire (pirogue ambulance)

Moyens humains et matériels:
Les équipes de bénévoles de Médecins du Fleuve sont constituées d’un maximum de dix médecins généralistes ou spécialistes (dont un dermatologue), ou assistants. Ces bénévoles, membres actifs de Médecins du Fleuve prennent en charge leurs frais de mission (transport aérien, hébergement, nourriture). L’encadrement des missions est assuré par un responsable médical et un responsable logistique.
L’approvisionnement en médicaments et matériel médical est assuré par l’association (essentiellement auprès de la Pharmacie Populaire du Mali, et des grossistes sur place), en conformité avec la législation actuelle et les besoins et pratiques locales.

Sur subvention du Conseil Régional d’Ile de France, MDF a fait construire sur place un bateau adapté aux besoins de ses missions. Une chaine de froid solaire permet la conservation optimale de certains médicaments. L’affrètement de cette pinasse sanitaire est à la charge de l’association. Compte tenu des réalités locales et des impératifs des missions, l’hébergement des bénévoles se fait dans des conditions de confort simple voire sommaire (bivouac, campement).

Evaluation et réalisations:

L’évaluation est basée sur l’analyse des registres des consultations, des rapports de mission, des indicateurs d’activités des dispensaires, et des enquêtes de satisfaction auprès des bénéficiaires.
Depuis 2007, 30 missions ont été menées à bien, permettant de prodiguer des soins à plus de 17000 malades. De multiples séances d’éducation sanitaire et de sensibilisation à la santé ont été dispensées lors de chaque mission. Les équipes participent aussi à la stratégie avancée de vaccination.

En 2012 devant la dégradation des conditions de sécurité dans la zone MDF a suspendu l’envoi de bénévoles sur place. Au vu de l’adhésion des populations bénéficiaires et de l’implication des acteurs locaux, un transfert d’expérience et de moyens à une équipe malienne a été mis en place pour assurer la continuité de l’action.

Plus récemment, une violente tempête tropicale nocturne a surpris l’équipe malienne en mission et complètement détruit la pinasse MDF sur le Lac Débo, mais heureusement sans dommage humain

Les centres de santé communautaires soutenus ont vu leur fréquentation s’accroitre considérablement pendant les missions, mais aussi en dehors de celles-ci grâce à l’amélioration de leurs possibilités, à la motivation stimulée des agents de santé, et au regain de confiance des populations.

Au plan des investissements :
Un poste de santé avancé a été construit et équipé à Bangou, et doté d’une pirogue ambulance. Un centre de santé a été construit à Enguem.